Hybrides et Mulets

hybridation et elevage
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 génétique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CHOUCHOU1



Nombre de messages : 49
Age : 50
Localisation : RABAT MAROC
Date d'inscription : 24/01/2009

MessageSujet: génétique   Dim 7 Juin à 9:20

La Génétique

La génétique est un mot qui fait peur à bien des éleveurs amateurs. Mais en regardant de plus près, on peut se rendre compte qu’il ne faut pas grand-chose pour devenir un expert.
Pour ceux qui veulent aller plus loin dans cette science je leur conseille tout de même de se référer à des ouvrages plus complexes.
Pour être bref, ce qui nous intéresse dans la génétique,c’est de pouvoir répondre à la question suivante : que va t’on obtenir comme mutation en accouplant tels ou tels oiseaux ? Il est bien évident que cela sera grandement facilité si l’on connaît les différentes origines de ses protégés.

Il existe principalement 3 types de mutations :


1Mutation autosomique récessive

Pour cette mutation, le sexe de l’oiseau n’a aucune importance, le mâle ou la femelle peut-être mutant ou porteur de cette mutation.
1 Normal x Mutant donne 100% Porteurs
2 Normal x Porteur donne 50% Normaux
50% Porteurs
3 Porteur x Porteur donne 50% Porteurs
25% Normaux
25% Mutants
4 Porteur x Mutant donne 50% Mutants
50% Porteurs
5 Mutant x Mutant donne 100% Mutants
Le cas n°3 n’est pas très intéressant car il ne permet pas de distinguer les porteurs des non porteurs. Par contre, si à partir de deux oiseaux de couleurs sauvages vous obtenez un mutant c’est que ceux-ci étaient porteurs.
Le cas n°5 est souvent déconseillé car si les reproducteurs ne sont pas d’un bon standard, leur descendance ne le sera pas non plus.


2Mutations liées au sexe

Le sexe de l’oiseau est primordial pour cette mutation.
Une femelle ne peut-être porteuse de la mutation. Elle est mutante ou elle ne l’est pas.

Mâle Femelle
1 Mutant x Normal donne 50% mâles Porteurs
50% femelles Mutants
2 Normal x Mutant donne 50% mâles Porteurs
50% femelles Normaux
3 Mutant x Mutant donne 100% mâles et femelles Mutants
4 Porteur x Normal donne 25% mâles Normaux
25% mâles Porteurs
25% femelles Normaux
25% femelles Mutants
5 Porteur x Mutant donne 25% mâles Porteurs
25% mâles Mutants
25% femelles Normaux
25% femelles Mutants
Le cas n°4 n’est pas intéressant car il ne permet pas distinguer les mâles porteurs des non porteurs.
Le cas n°3 est fortement déconseillé pour les mêmes raisons que pour l’accouplement mutant x mutant d’une mutation autosomique récessive.


3 Mutations dominantes

Ici non plus le sexe de l’oiseau n’a pas d’importance. A la différence de la mutation autosomique récessive, ni le mâle ni les femelles ne peuvent être porteur de la mutation.Il suffit que l’un des parents soit mutant pour voir apparaître la mutation dans leurs jeunes.
Il y a deux types de dominance une simple facteur(SF) et une double facteur (DF).
1 Normal x Mutant SF donne 50% mutants SF
50% normaux
2 Normal x Mutant DF donne 100% mutants SF
3 Mutant SF x Mutant SF donne 50% mutants SF
25% mutants DF
25% normaux
4 Mutant DF x Mutant DF donne 100% mutants DF
5 Mutant DF x Mutant SF donne 50% mutants DF
50% mutants SF
30 mars 16:49 | Ajouter un commentaire | Lire les commentaires (2) | Lien permanent | Ajouter au blog
L'Hybridation

Le mot hybride vient du latin hybrida et du grec hubris, qui signifie viol, outrage... Serait-ce donc contre la nature de pratiquer une hybridation ? Le débat est ouvert depuis bien longtemps. A travers cet article, je ne vais pas prendre partie pour tel ou tel point de vue, mais plutôt expliquer ce qu’est l’hybridation.

Une hybridation est un croisement entre deux individus présentant un patrimoine héréditaire différent pour un ou plusieurs caractères. Ce croisement, dont les issus sont souvent très robustes mais peu fertiles ou même stériles lorsque les parents sont très différents, peut avoir lieu de manière naturelle ou être réalisé par l’éleveur.
Les hybrides d’espèces différentes sont dits inter spécifiques (comme par exemple un hybride serinus canarius*carduelis carduelis, canari*chardonneret élégant). Ils sont généralement stériles par suite de différences de structure entre les chromosomes des parents. De plus, ils présentent, par juxtaposition de caryotypes différents, une grande vigueur et une forte résistance aux maladies, agression du milieu de vie, etc. Ce phénomène est appelé vigueur hybride (ou hétérosis).
Les hybrides de même espèce mais de races différentes sont dits intra spécifiques ou interraciaux (comme par exemple un hybride chardonneret parva*chardonneret major). Ce sont des hybrides au sens génétique, c’est à dire qu’ils sont hétérozygotes pour un ou plusieurs caractères. Ils présentent, comme les vrais hybrides (c’est-à-dire interspécifiques), la vigueur hybride, mais lors de la reproduction, la descendance contient des individus purs (homozygotes), c’est-à-dire non hybrides, en proportion croissante jusqu’à une certaine limite.
Ici nous allons nous intéresser à l’hybridation réalisée par l’éleveur entre un canari et un autre oiseau.

Le cas de l’intra spécificité

Il existe des hybrides fertiles mais ils sont peu nombreux. Le plus "classique" est le croisement entre un tarin du Venezuela et un canari. En effet, le magnifique coloris orange rouge du canari n’est pas le fruit d’une mutation mais de l’accouplement et la sélection qui s’ensuivit d’une femelle canari avec un tarin du Venezuela, petit Fringillidé originaire de l’Amérique du Sud au plumage rouge et noir. Le résultat de cet appariement donna des petits de la taille de la mère et possédant les couleurs du père. La première génération d’hybride est appelée F1.
L’appariement entre un canari et un tarin à tête noire donne une progéniture fertile et améliore la couleur noire des canaris.


Le cas de l’inter spécificité

D’autres hybridations donnent des sujets stériles, comme par exemple l’accouplement entre un chardonneret et un canari. Les mâles nés de cette union, ayant hérité du chant du canari mais surtout du chardonneret deviennent de remarquables chanteurs. Les femelles, même si elles pondent, n’auront donc aucun jeunes, car les œufs seront certainement clairs. Elles peuvent éventuellement servir de mère nourricière.
Les hybrides tels que verdier*canari, linotte*canari, venturon*canari, etc. donnent aussi des métis stériles.


Conclusion

Si vous voulez pratiquer l’hybridation, le mâle et la femelle doivent si possible hiverner ensemble, mais surtout être nés en captivité. De plus, si vous appariez des espèces de taille différente, choisissez un petit sujet de la plus grande taille et un grand sujet de la plus petite taille. Et une chose très importante, être très patient, ne pas se décourager dès la première tentative. Un couple peut mettre des années avant d’avoir une autre nichée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
génétique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le substrat synthétique EPIWEB
» Certification bio cosmétique : comment est-elle délivrée ?
» Définition des termes utilisés en génétique
» mouche-tique ...
» Cloture bon marché et esthétique!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybrides et Mulets :: petits trucs perso, questions diverses, etc..-
Sauter vers: